Depuis le 17 novembre 2011, les couloirs aériens de Roissy ont été déplacés. Pour les nouveaux survolés :

  • Bruit de 4h du matin à plus de minuit (+ de 65 dB)
  • jusqu'à 350 avions par jour avec un pic du trafic pendant l'été
  • Dépréciation de nos biens
  • Aucune indemnisation prévue ni aide pour l’insonorisation des logements
  • Augmentation de la pollution atmosphérique en Ile de France équivalente à 200 000 véhicules par jour

IL EST ENCORE POSSIBLE DE FAIRE ANNULER CES MODIFICATIONS, SOUTENEZ-NOUS ADHEREZ A L'ASSOCIATION

plan relèvement 300m Roissy
Carte partant des données de la DGAC, la zone d'impact se révèle beaucoup plus étendue

Lorsque l'on regarde la plaquette remise lors de l'Enquête Publique, on pourrait imaginer que cette proposition permette d’améliorer la situation des nombreux franciliens victimes des nuisances aériennes. Qu’en est-il réellement ?

• La modification induit un allongement de la distance parcourue par chaque avion, ce qui, et la Direction Générale de l’Aviation Civile ( DGAC) le reconnaît, va entraîner une augmentation des pollutions atmosphériques (émissions de CO2, émissions de particules fines et des polluants traditionnels des moteurs d’avions).

• Le bénéfice sur les nuisances sonores est très minime comparé à d’autres solutions comme l’atterrissage en descente douve, qui elle, a l'autre très grand avantage de diminuer la consommation de Kérosène (mise en place à Londres sur un trafic comparable à Roissy, mais pas applicable chez nous selon la DGAC)